LETTRES DE SERIGNE CHEIKH doc totallettre.doc

 

Le 02 Février 1994 

 DEVALUATION : DEMARCHE PUREMENT POLITICIENNE 

  

    Le Coran nous apprend qu’une monnaie peut se transformer en pouvoir plus redoutable entre les mains des gens aisés… 

     Le deuxième Calife de l’Islam tenait pourtant à faire accepter un principe d’échange un peu plus commode que le troc… 

     Serigne Alioune dit : « Il ne s’agit pas ici d’un réquisitoire, mais d’une mise en garde ». Elle est sévère cette mise en garde, lui disais-je… Ce passage du Coran voulait nous rappeler qu’une civilisation n’est digne que quand elle place l’Ame, qui est en contact direct avec un Monde Incorruptible, au-dessus des Vertus bien que celles-ci soient considérées comme l’élément moteur permettant à l’Humanité d’être réellement humaine. 

     Et il y a des avoirs matériels qui, à leur tour, ne demandent qu’à se mettre au service des Vertus, afin que
la Hiérarchie soit respectée. 

     Ame plus Vertus plus Avoirs Matériels égalent Civilisation ! 

     Seul un souci de commodité avait inspiré le Compagnon du Prophète (PSL) et non une quelconque recherche de profit… Et depuis, les choses vont dans un sens ou dans l’autre, jusqu’à ce que l’Occident prenne à son tour les leviers de commande. 

    Avec l’Occident, l’Humanité Noire a connu mille manières de vivre sa vie de tous les jours :
la Barbarie, l’Esclavage,
la Colonisation et, pour couronner tout cela, l’Impérialisme… C’est à dire le règne de
la Cupidité et de
la Duplicité. 

     OMAR affirme : « La race humaine a été conçue dans
la Liberté et je dirais même plus, dans un élan d’Amour… » 

     Pourquoi transformer cette liberté et cet élan d’amour en monnaie de singe ? Nous avons entendu dire, chez le Prophète (PSL) que trois choses tendent à faire chuter verticalement les grandes civilisations : une jeunesse sans créativité, une fortune mal gérée et une cupidité scientifiquement organisée… 

     Un jour, les autorités coloniales, ont fait appel à EL HADJ MALICK SY en vue d’amener les cultivateurs à se comporter comme des épargnants modèles.          

  

    EL HADJ MALICK SY répond : « Attendons d’abord qu’ils soient maîtres de leurs récoltes avant de leur dicter une telle conduite ». 

     Cela signifie que, dans ce cas précis, la dévaluation est plus acte politique que décision économique et qu’il est nécessaire d’exister en tant qu’individu avant de revendiquer son appartenance à un ensemble monétaire plus ou moins viable

    Quoi de plus injuste que de punir ceux qui n’ont pas emprunté pour procurer
la Paix à ceux qui ont déjà tout pris ?  

 D’ailleurs j’ai souvent fait remarquer au cours de mes entretiens avec certains Chefs Africains que le serpent de mer, même accueilli momentanément par la foret finira par retrouver toujours les profondeurs océaniques accompagné bien-sur de ses dragons et de ses fétiches… 

     C’est le cas de la monnaie ; elle n’est là chez les Primaires, que pour un temps déterminé, aussitôt après, c’est le grand Retour à
la Métropole avec gains et avantages.   

     Même ceux qui, parmi les Hauts Fonctionnaires Autochtones, n’ont d’autres moyens que de voler, sont obligés de faire rapatrier leur butin vers ce Paradis des blancs… 

     Et il y a que
la Pudeur refuse d’exiger à la majorité des Hommes de mourir un peu pour permettre à une poignée de « Responsables » de vivre plus que grassement

     Ne vaudrait-il donc pas mieux commencer par le commencement : Faire revenir les Milliards qui dorment dans les Banques étrangères comme l’avait suggéré à SENGHOR un ancien Président des Français ? 

    Nest-il pas bon de méditer un peu sur cette Prophétie de NASSER: « C’est le troc que la réalité contemporaine nous propose. Dites à votre Président de m’envoyer ses arachides. Je lui ferai parvenir alors les produits égyptiens dont il aura besoin. Il paraît que vous importez les oignons à prix d’or. Il faut reconnaître une chose : les parités entre Pays pauvres et Pays suffisamment riches ne sont réellement pas fixées sur une base équitable… » 

    SENGHOR réfléchit un instant pour dire : « Si on le fait, on nous réclamera des comptes… On a tellement signé de papiers ! » 

   

LA VANITE COMME SOURCE D’INSPIRATION 

 

Le 28 Décembre 1993 

L’Intelligence – sœur jumelle de l’Intuition – est une charge supplémentaire trop encombrante donc pour un nègre qui commande. C’est l’Inconscience qui lui convient; parce qu’avec l’Inconscience, il peut se permettre de construire un paradis imaginaire où toutes les sottises sont les bienvenues. 

Ababacar SY disait : « Trois (3) choses sont de nature à ruiner
la Santé Intellectuelle des gens: le soleil (la chaleur), la graisse (repas de prestige) et le «thé» si épais en provenance du sable désertique et qui, consommés abusivement, provoquent chez eux un éternel étourdissement ». Si l’alcool s’y ajoute, ce sont toutes les parois du cerveau qui se mettront en bouillie… 

Un jour, l’Archange Gabriel invite le Savoir et
la Piété pour une rencontre auprès du Seigneur. L’un et l’autre déclinent l’invitation. Et il en informe le Trône… On lui dit alors d’aller chercher l’Intelligence ; celle-ci sort de son «box» pour répondre à l’appel de Gabriel. Le Savoir et
la Piété sortent eux aussi. 

Gabriel se fâche : « Vous avez déjà dit NON ! ». « Mais nous suivons notre Ange-gardien ! rétorquent-ils. C’est ce qui a été stipulé dans un paragraphe du Contrat signé avec le Seigneur. Et il y a des choses, Cher Gabriel, qui t’échappent encore ! ». C’est ainsi que le Très Haut a proclamé : « Dieu seul sait ! ». 

Il n’est malheureusement pas encore donné aux chefs nègres, forgés dans les tumultes coloniaux, d’être assez intelligents pour diriger… Seuls les Blancs savent faire les choses convenablement. Mais, à force de protéger ces énergumènes, ne sont-ils pas devenus eux-mêmes « leurs Nègres » ? Je l’avais dit au Général DE GAULE… Il n’a pas voulu me croire. Et le résultat est là ! 

Le Coran nous affirme : « C’est dur de n’avoir comme recours que le visage pour marcher alors que d’autres instruments sont plus indiqués pour cet usage ». 

SENGHOR se lamentait souvent : « les Français n’ont plus d’ambitions ». Et Ababacar SY d’affirmer : «
La France qui avait l’habitude de nous envoyer de Grands Missionnaires ne nous envoie plus que de simples salariés… ». Et je pense que cette fois-ci Nos Amis de
la Métropole ne vont pas nous raconter des histoires. 

N’est-il pas vrai que
la Vanité a toujours empêché les primaires de se comporter comme des Chefs Dignes ? Il leur faut encore méditer ce dire de THOGHARII : « L’Homme du Monde, subtil qu’il est peut se passer de « monde » pour se faire un Nom… 

En d’autres termes, on n’a besoin ni d’assassinats ni de hold-ups pour Exister. 

Et comme le disait si bien un Philosophe : « Il est éminemment plus important d’être un Homme que d’être un Roi ». 

 

 

 

L’ETAT DE DROIT 

Dakar, le 18 Avril 1994 

Pourquoi parler de l’Etat de Droit, alors que c’est le Droit à
la Vie qui nous interpelle tous. Le premier repose sur les ambiguïtés d’une politique politicienne. Quant au second, il se veut essentiellement divin: un cadeau offert par Dieu à l’Espèce Humaine. 

Le Christ disait : « Donne pour DIEU ; j’accepte pour DIEU ». Et Mahomet de proclamer : « On ne repousse pas un cadeau du Ciel… » Il ne faut jamais donc spéculer sur les mots pour essayer de sauver une situation que seul un acte concret est susceptible de sauver. 

« Je n’ai pas fait de toi un poète » dit DIEU au Prophète( PSL ), bien que celui –ci atteste qu’il arrive que la poésie soit une source de sagesse et que la rhétorique puisse s’imposer face à toutes les magies du monde. 

« – J’articule mieux que vous tous, n’est-ce pas ? » 

« – Et Bilal – Noir d’Abyssinie – lui, prononce mal » disent les Aristocrates. 

« – Oui, seulement les Archanges de
la Haute Galaxie l’écoutent toujours avec émerveillement, car c’est Son Ame qui s’adresse au Trône et non sa langue ». 

Il ne faut donc pas que Bilal perde deux fois ! Mais le projet de société que Mahomet propose à l’Humanité est énorme et le temps trop restreint pour s’attarder sur l’élégance des mots… Ce ne sont pas les grands bâtisseurs qui vont contredire cette vérité première. 

« – Il récite mieux que nous tous et continuellement les Versets Sacrés …» 

« – Et qui lui prépare le repas ? » interroge l’Apôtre de Dieu 

« – C’est Nous qui, alternativement lui donnons à manger ». 

« – Vous êtes donc plus méritants que lui. Car, sans pain joint au sabre, le Ciel ne saurait résister indéfiniment ». 

S’il s’agit de se contenter de ce que les médias offrent aux chefs primaires du Continent, il n’en demeure pas moins nécessaire de s’en servir pour annoncer des mesures adéquates ; sinon l’Etat de Droit n’a rien d’autre à faire que d’aller dormir tranquillement dans les tiroirs… 

Les possédés du « pouvoir » ont-ils encore la chance de comprendre une telle leçon ? Coupés des réalités de
la Terre, amadoués par leurs entourages respectifs, leur reste-t-il autre chose que d’organiser avec leur police des festins où le gout amer du sang l’emporte de loin sur les délices, tant appréciés, de la justice et de
la Bonté… ? 

Laissez-nous au moins le devoir de plaider en faveur du Droit à
la Vie, au lieu de perdre notre temps avec ce «machin», qu’on appelle l’Etat de Droit. 

« Plus j’avance dans ma carrière, plus
la Justice me fait peur » dit Maître Henri René GUARAUD. Je réponds : « Parce que, justement, vous n’êtes pas Sénégalais ». 

Si le riz au poisson, le thé à la menthe et les autres plaisanteries qu’affectionnent les copains du week-end devaient constituer un obstacle pour atteindre ces nobles idéaux, ne vaudrait-il pas mieux alors son « statut » de bête sans âme… comme l’a si bien décrit le Livre Saint… Et s’il s’y ajoute ce bal des vampires auquel on nous convie – onze mille ( 11 000 ) malgaches tués aux temps des coloniaux, soixante dix-sept ( 77 ) Sénégalais découverts affreusement mutilés en 1963 et, des Casamançais et Gambiens transmués en chair à canon – alors c’est la fin de tout ! 

El Hadj Malick SY disait à Serigne Abdou Karim LY: « Les Français ne sont que des gamins… » Ils nous apprennent la psychologie, alors qu’ils sont les premiers à ignorer celle des Nègres : on ne reçoit pas un psychopathe avec les Honneurs… C ‘est une psychologie qui nous est propre… Il est vrai que les Français sont tellement paresseux qu’il ne leur est même pas donné d’étudier à fond un problème, surtout, quand il entre dans le domaine negro- africain. L’actualité nous montre leurs propres enfants criant partout dans les grandes villes : « Nous ne voulons pas de cette France là !».Oui, mais ces gamineries ne doivent pas faire accepter, à certains d’entre eux, un parrainage aussi douteux et qui, malheureusement nous fait revivre les péripéties de ce qu’on a appelé les « liaisons dangereuses » ; parrainages déjà refuté par quelques dignes chefs d’états Arabes… 

L’Homme du 18 Juin, lui, n’aurait pas apprécié de telles pratiques. Même en Afrique Noire – bien que « Continent Maudit » – le PROXENETISME est loin d’être un tremplin politique appréciable. Il y a des complaisances qui ont déjà fait basculer le cœur de millions de francophones dans le camp du Nouveau Monde. 

Notre drame ne se résume-t-il pas en ceci : « je suis un menteur et un usurpateur, de réputation inter-universelle. Faites donc de moi votre supérieur, je vous offrirai alors le Paradis des Gens de l’Enfer ! ». 

Nous disons « NON » à
la Petite Vertu… 

« GRANDEUR » DE
LA France 

Dakar, le 18 Mai 1994 

  

      Ababacar SY dit : « On a fait de nous des «pétainistes» ; nos petits-enfants ont chanté la gloire du Maréchal. Et l’on nous apprend ensuite avec surprise que c’est DE GAULE qui est le nouvel élu – il faut donc cesser d’aimer le chef hiérarchique de celui-ci. Et
la France dans tout cela ?». 

      Chez nous, pour dénoncer les fraudes électorales, l’opposition a crié au scandale ! Maintenant, cette même opposition semble s’accommoder peu à peu de ce vol et de ces fraudes. Que faut-il déclarer donc sinon qu’il y a là une mauvaise manière de croire en Dieu et aux vertus de
la Démocratie ! 

      L’opposition ne doit nullement manquer de courage. Bien au contraire, elle doit avoir la détermination de transformer chacune de ses organisations en centre de décision – cela permettrait, dans les jours à venir, la formation d’un gouvernement d’union pour et en l’honneur de ceux qui, sans aucun doute, ont remporté les scrutins de 1993.Peut-etre d’ici là, le Poète-Président disposerait du temps nécessaire pour quitter les lieux de son exil et venir mettre un peu d’ordre dans son camp. Tout le monde lui souhaite d’accomplir cet acte – bien qu’exigeant un sacrifice énorme – afin que le pays sorte de Sa Honte et de Son Isolement. Il ne s’agit pas là d’un problème politique ou religieux dans le sens folklorique du terme. Il s’agit plus précisément d’un problème beaucoup plus important, celui de
la Légitimité : que chaque citoyenne et chaque citoyen soit respecté dans ses choix et confirmé dans ses espérances. Il ne faut donc pas que l’on nous retarde davantage… 

      Et nous constatons aussi qu’il n’est plus donné aux Grandes Puissances la possibilité objective de faire un choix quelconque. Chacune d’elles agit en fonction de ses propres illusions, parce que ne sachant plus quoi faire. Les intérêts, eux, restent toujours ce qu’ils n’ont cessé d’être : des intérêts tout court ! C’est-à-dire un veau d’or qui cherche frénétiquement sa nourriture dans un amas de détritus et de déchets toxiques. Mais ce sont les hommes qui, faute de condition, deviennent de plus en plus une autre race. Et quelle race! N’est-il pas dégradant pour l’être humain d’être moins vertueux que son environnement. Que les Français soient d’accord ou non, cela importe peu.
La France, elle, est toujours présente là où la « vérité » se manifeste. 

  

     « Ma cousine m’a écrit, pour me dire ceci ou cela…» Mais par les temps qui courent, les cousines ne font plus les grands chefs, ce sont les peuples, guidés par
la Conscience Universelle, qui font les grands dirigeants. Le Continent Noir n’a plus besoin de «nourrisson» bercé par les cousinettes pour résoudre les graves problèmes qui préoccupent ses enfants. 

     Sûrement, les héritiers de SENGHOR qui, devant Dieu et en me prenant pour témoin, avaient juré que les élections de 1993 se dérouleraient dans la transparence, ne savaient pas encore que le PDS exigerait le dépôt aux présidentielles de la candidature de son leader, Maître Abdoulaye WADE. Pour ces héritiers,
la Démocratie n’est qu’au bout des fusils… Mais je pense que Maître Abdoulaye WADE n’a nullement le droit de dire NON à la majorité des dirigeants de Son Mouvement.  

      Quand on jure devant Dieu et en prenant sa conscience pour témoin, on doit au moins respecter sa parole. On dirait que dans ce pays des DAMELS et des ALMAMY, le pouvoir politique est devenu quelque chose d’essentiellement héréditaire, mais ce qu’il faut retenir c’est que nous ne sommes plus à l’époque des « CARPOT ». 

      J’adore cette expression : « MITTERAND appartient désormais à l’Histoire, MANDELA, lui, doit se tourner vers l’Avenir… Si les rôles sont inversés, c’est la fin de l’un comme de l’autre ! » 

  

   

 

 

 

 

 

NECESSITE D’ALTERNANCE 

  

Dakar, le 18 mars 1994 

  

    L’Alternance est la plus « naturelle » des lois divines. Le Ciel en est fier; Il en a souvent parlé à Son Prophète; mais le ton, ici, est plus que majestueux : « C’est Nous qui faisons succéder les jours, les uns aux autres ». Entendons : avec les réalités qui s’y renferment. Il faut être plus puissant que Dieu pour mettre autre chose à la place. 

     Et Il poursuit : « En matière de remise en cause, Ma Volonté est invincible ». « Chaque matin, Il se présente avec un visage qualifié de nouveau… » 

     Les destins, comme les situations se jouent entre Ses Doigts ! Ceux-là même qui, pour le malheur de
la Démocratie
refusent cette réalité, finiront par cette réalité, finiront toujours par ruiner leur pays en se ruinant eux-mêmes.  

     Notre Continent a besoin d’une Morale Politique Nouvelle. Il a besoin d’être gouverné par des hommes murs, crées par Dieu et non par des épouvantails. 

   «Je préfère manquer de tout plutôt que de manquer de clairvoyance» affirme Serigne Alioune. « Il n y a rien de plus pénible que d’être obéi tout le temps ! » disait Alexandre – Mais il faut être Grand pour le savoir…  

    « Oh, Ciel ! Fais que ma logique soit en harmonie avec Ta Logique et face à la vérité des âmes, considérée comme une valeur pour toutes les valeurs, ne fais pas de ma vie un élément de dérision ! » 

     Quoi de plus juste que de refuser une telle entorse ? Un pouvoir moderne qui se détourne de tout Esprit de Changement ! Mais tout dépend du peuple  auquel on a affaire… Il est vrai que CONFICIUS n’est pas KOCC BARMA et que
la Chine est loin d’être le Sénégal. Et pourtant, ils ont une base philosophique commune : ne pas admettre complaisamment la supériorité du Maître. Mais, cette philosophie qui a fourni à
la Chine l’énergie susceptible de vaincre la nature, n’a malheureusement donné aux Sénégalais qu’une occasion de faire «chanter» leurs concitoyens. Un grand Responsable de notre Pays, actuellement réfugié en Europe, m’a dit, avant son départ : « Un chantage d’Etat est plus destructeur que tout ; plus destructeur même que l’esclavage, et que les fins de règne arrivent en tête de toutes les frustrations.  

  

    Un peu comme les SEMITES – interprétation culturelle oblige – les Sénégalais ont toujours préféré un ennemi à un rival ; c’est d’ailleurs ce qui a souvent facilité au Colonisateur d’accéder à son dessein avec le minimum de risques.Il suffit d’aviver les sentiments de rivalité… Il y a là une mentalité d’esclave ; d’aucuns l’ont étudié à fond … La liste de ceux qui en sont victimes est déjà longue. Il y a une sorte de malédiction qui poursuit le pays – comme si Dieu voulait faire comprendre l’importance qu’Il attache à
la Détermination de l’individu chaque fois que
la Conscience Universelle fait appel à Lui.     

     J’en ai discuté avec des condisciples… Je leur disais que ce verset qui traite de l’Alternance est quelque chose de très objectif Il montre qu’il y a des forces que les systèmes n’arriveront jamais à annihiler, et des lois qui témoignent de la présence quasi-matérielle de l’Invisible.   

     Les réalités se succèdent effectivement ; elles ne se laissent jamais dévier par
la VEULERIE des gens.   

     Un ancien ministre me faisait cette confession : « plutôt aller en enfer que de perdre un portefeuille ministériel au Sénégal ». J’ai répondu : « C’est le Protocole qui vous séduit et non le Travail ! » 

     Mais l’Alternance, c’est autre chose… C’est un grand principe. Ce merveilleux principe qui, au nom du suffrage universel, permet de procéder non seulement au changement des hommes, mais aussi à la réequilibration des responsabilités. 

     Même dans un domaine un peu plus « sournois », on voit que de temps à autre, la religion cède son aura à quelque chose de plus banal qu’on appelle
la Politique; et celle-ci, à son tour, s’incline devant la couronne si mal appropriée de l’argent – un peu comme le terrorisme qui, à coups de bâton, fait tomber cette couronne. Et il y a la drogue qui «  hurle » pour effrayer son entourage ; et avec la drogue, le Prince des Affreux qui a pour nom: Sida ! Et encore… 

   La succession de ces phénomènes ne donne-t-elle pas à l’Alternance une Force de Loi ? Force contre laquelle les systèmes ne peuvent rien… Et c’est toujours dans
la Paix ou dans
la Violence que Dieu opère… Il ne nous appartient heureusement pas de modifier les choses de sa stratégie… Nous sommes tous appelés à mourir un jour! 

     Le premier Calif de l’Islam priait toujours Dieu de lui accorder la paix : il est mort empoisonné. Le deuxième Calif demandait la même chose : il est mort poignardé. Le troisième Calif, après avoir sollicité la même faveur, connut le même sort. Le quatrième Calif prononçait toujours la même formule : « Mon Dieu, donne- moi Ta Paix ! ». Il est mort lâchement assassiné. Ce qui veut dire que, pour eux,
la PAIX ne signifie point : absence de sacrifice, même SUPREME. Les deux déflagrations mondiales, la guerre de libération aux Etats Unis n’ont-elles pas apportées à
la Race Humaine un peu plus de sérénité et un goût marqué pour l’effort, c’est-à-dire pour 


LA LUTTE ? 

     Ali, le Gendre du prophète, disait : « Ou c’est la tumeur ou c’est la vieillesse qui tue ; le sabre n’en parlons pas encore ». Pour être courageux, de nos jours, on doit nécessairement se munir   de détonateur ; le courage perd de plus en plus sa discrétion, son grand silence !
La Science devient ici plus que lâche, plus que poltronne… Elle est tout simplement idiote

     Comment ne pas apprécier le Gendre du Prophète qui, bien que Maître dans le maniement de l’épée, savait aussi se battre à main nues ? Saignant un jour du bras, il dit à son sang : « Tu es une créature du Seigneur et si tu coules si noblement, c’est pour
la Préservation de
la Justice… Mais, le courage qui se tient à distance n’est qu’une invention plus que déconcertante. 

     L’Homme d’aujourd’hui est capable de toutes les BAVURES du monde !         

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

RUPTURE DE CONTRAT 

 Dakar, le 07 Janvier 1994 

   

    Hadj Malick SY dit à Blaise DIAGNE : « Dès qu’un chef politique cesse de considérer son pouvoir comme un instrument de travail, il cesse d’être un interlocuteur pour les gens de son pays… A quoi bon se mettre pour conserver une couronne qui n’a d’autre signification que le Néant ?». Je dis : « Dès que l’on cesse d’être légitime, on cesse d’être un homme important et dès qu’on cesse d’être un juste, on cesse d’être un recours… 

     « Il y a des gens qui –comme disait Maître Abdoulaye WADE- sont tellement «bêtes» qu’il leur est impossible de tirer leçon d’un événement pour prendre les décisions qui s’imposent… » 

     « C’est ainsi que Dieu rompt le Contrat qu’Il avait signé avec les Mecquois… Des individus qui n’ont pas su profiter des réalités nouvelles pour changer de comportement. Dieu le fait en Son Nom Propre et au nom de Son Prophète (psl). Il fallait mettre un terme à une cohabitation  qui n’était plus possible parce que compromise par ceux-là memes qui, rongés par
la Haine, cherchaient à s’attaquer aux compagnons du Prophète. Et même des tentatives de corruption furent mises en œuvre ». Nous voyons que ce passage du Coran est plus que d’actualité.   

     Et comme Il le disait à Moise dans
la Thora : « Je compte sur ta volonté pour accorder à ces deux mots – «oui» et «non» – un sens céleste… Faire de sorte que l’un et l’autre soient fondés sur l’Equilibre de
la Foi.  

     Mahomet l’appliqua sans hésitation pour le Bien de l’Islam. Et le poète de chanter : « A travers ton refus ou à travers ton adhésion, on peut d’ores et déjà entrevoir le cachet lumineux de Ton Seigneur ». 

     Moise ne reste-t-il pas un modèle pour une résistance soutenue ? Il a supporté, plus que nous tous les assauts de ceux que le pouvoir avait rendu complètement fous… Il a su bâtir par ces deux mots toute son action présente et future ; un « Oui » et un « Non » que ne saurait museler aucun stratagème

     Et Mahomet de dire, sur un ton affectueux et admiratif : « Il est Mon Frère, Moise ! Dieu soit avec lui dans
la Lutte qu’il mène contre les Esprits Pervertis !… « Un «Oui» et un «Non» qui, en eux-mêmes, portent le poids de l’Univers et cela pour marquer un accord ou un désaccord… » 

     Que l’Année 1994 soit une Année de Combat ! Combat contre ceux qui ont pris, sur eux, la responsabilité de violer
la Conscience Des Hommes ; combat pour préserver l’Avenir de nos enfants et de nos petits-enfants ; combat de toutes sortes afin que
la Démocratie triomphe de l’Usurpation et que
la Liberté soit autre chose qu’une série d’assassinats. 

    Nous souhaitons à l’opposition, et dans un avenir proche, de pouvoir doter le pays d’une Justice juste à l’Image des Grands Pionniers qui ont marqué son Histoire ; une Justice qui fera de l’Injustice un ennemi à Abattre

     Notre pays me confiait récemment : « J’ai la nostalgie de ce que j’étais et que j’ai cessé d’être depuis la programmation par le Parti de
la Chute de tout ce que l’on peut appeler une Valeur… Je veux redevenir un pays Digne et Noble, loin des rumeurs et des mensonges ; loin de cette philosophie larbiniste qui fait que tout cadeau offert équivaut à la disparition d’une âme ; loin des «couillons» et des idiots… Je veux redevenir un pays bon, solide, courageux, authentique, plein d’énergie, ne confondant point le sursaut d’une Vaillante Jeunesse aux sautillements d’un singe ivre de Cognac. Je veux redevenir Moi-Même: un Sénégal Fier et Confiant ! 

  

  

 

 

 

 

 

  

 

REFLEXIONS… 


le 30 November -1 

On est intégriste d’une cause ou d’une autre. En matière de foi religieuse, les intégristes ont été bel et bien «mis au monde» par le désert ; et on les a si magnifiquement appelés des prophètes… Seul le désert est susceptible de nous fournir de tels modèles. 

En Egypte, NAPOLEON aperçoit un bédouin qui prie…et il dit : « c’est ce qui nous manque en Occident ». Atteindre Dieu à travers son Moi Profond c’est à dire sans détours. C’est ce que l’Empereur des Français avait voulu transmettre à ses serviteurs. S’il y a manque de profondeur, mieux vaut désigner cela par une autre épithète. 

L’Europe a connu des succès dans de nombreux domaines, mais elle n’arrive pas encore à accorder la priorité aux choses de
la Divine Providence. 

Là, il y a comme une sorte de rivalité entre le Ciel et le Terre alors que le même souffle anime l’un et l’autre. 

L’Angleterre a essayé…mais cela n’a malheureusement rien donné si ce n’est une multitude de sociétés semi-secrètes et qui n’ont pas encore décliné leur identité propre. Seul le Protestantisme de par son originalité et son sens du sacré nous inspire un sentiment de respect. 

Même dans le domaine du raffinement, il a fallu aux Anglais une intuition civilisatrice pour aller chercher senteurs et couleurs chez les autres : aux Indes, chez les Asiatiques et en Arabie. L’on ne saurait qualifier quelqu’un de raffiné que si cela devait reposer sur le naturel, loin des cliquetis des espaces mécanisés. 

«
La Cité a cassé la «beauté» de nos femmes, dit AL MUTTANABI ; elles sont devenues toutes des personnes plus ou moins fardées… Une beauté éloignée de sa nature profonde c’est plus que du gâchis, c’est une trahison. 

Et les marchands de clinquants, eux, en profitent pour rivaliser avec l’Ange de l’Esthétique. Ces intégristes de haute vertu ont séduit le monde par leur lucidité, leur réalisme et par la pureté de leur démarches… 

EL HADJ MALICK SY refusait l’alcool dans la composition d’un parfum quelconque. Il n’utilisait d’ailleurs que le musc noir ou blanc et en état «sauvage». Pour lui, l’alcool manquait de fraîcheur qu’il soit destiné à la consommation ou aux soins corporels, cela ne produit que des effets contraires à la nature. « Même sans le musc, il sent le musc » comme disait l’autre. C’est la pureté originelle même. 

Et il y a les autres qu’on peut appeler «chercheurs de condition nouvelle» ou «usurpateurs de pouvoir». Ces intégristes-là sont les ennemis mortels des premiers. Les régimes nègres nous en offrent quelques spécimens. Les demeures officielles abritent-elles autre chose que des tombeaux ? Et les voitures en cocarde sont-elles autre chose que des cercueils ambulants ? 

Régimes nègres…avec comme toile de fond quelques recettes culinaires en provenance d’Espagne que les nouveaux, eux, veulent coûte que coûte nous imposer comme plat national. 

DE GAULE a offert les indépendances sur un plateau de diamants… et l’Afrique Noire Francophone en est devenue complètement déboussolée ; avec des hymnes sans gloire et des distinctions honorifiques en dehors de toute conception honorable. 

Cela vaut-il que tous les peuples de ce continent « maudit » meurent de faim et d’humiliation ? 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Dakar, le 14 / 11 / 1994 

 

Et encore : une crise de logique ! 

 

La crise de logique reste la plus grave des crises car elle dénature l’Initiative même du Ciel : Initiative tendant à organiser sur
la Planète-Terre une société à la fois humaine et assurément équilibrée. Elle déforme, sans aucun doute, les réalités essentielles qui valent d’être choisi comme favori. 

Pour se soustraire à cette anomalie, on est appelé à rester soi-même en évitant ainsi d’être absorbé par des tendances plus ou moins fictives. La culture n’a qu’une seule base: l’Esprit de Dieu! Si les différentes traditions qui animent
la Communauté des Vivants se plaisent à l’oublier, elle risque de confondre :fondement avec masse architecturale… Il paraîtrait que Herriot a commenté, à sa façon, ces paroles de l’Imam CHAAFI : « Mon Savoir m’habite. Il s’installe confortablement dans un coin de mon âme… c’est-à-dire, il est plus proche de moi que ma bibliothèque ! » 

Mais depuis que l’édition crée des millionnaires, les mots ne signifient plus rien. Tout devient barbare et les écrivains se comportent malheureusement comme des marchands d’amulettes… Et la logique des uns se montre aussi indéchiffrable que celle des autres. Tout le monde ment pour mieux convaincre ses lecteurs. Le temps semble être à l’heure des « cacophonies » : est-ce pour mieux fasciner son auditoire ? 

Il y a ceci : les perruches ont plus de mérite parce que plus naturelles, n’ayant aucun effort à fournir pour être ce qu’elles sont. Quant aux joutes oratoires auxquelles on assiste à travers les médias, elles se révèlent être aujourd’hui plus négatives et plus désastreuses que toute autre belligérance. Ainsi, ce qu’on appelle une « chose » va incessamment l’emporter sur ce qu’on peut désigner par le nom de : Homme. 

L’Histoire Sainte nous raconte l’aventure d’un trio plus qu’exceptionnel ; aventure qui résume toutes les réalités créatrices de notre espèce : Adam, tout seul ne pouvait vaincre son ennui, raison pour laquelle Dieu lui donna pour conjointe Eve ; mais un couple sans tentation est une invention sans signification réelle. 

Alors, Le Serpent fit son apparition… Et pourtant sa présence n’eut rien de menaçant pour l’équilibre de l’un comme de l’autre. Seulement, il y a cette pédagogie luciférienne qui veut faire croire que l’Arbre Interdit détenait le secret de
la Vie Eternelle. Mais le pommier est-il autre chose que l’Arbre de
la Science ? Et qui dit Science, dit forcément champ d’expérimentation. Ame végétale doublée d’âme rationnelle et « mûrie » par un long périple à travers les ténèbres, deux sources de clarté lui font déjà un clin d’œil: le Feu avec ses risques et
la Lumière avec ses avantages. 

Pour le couple la fête semblait être finie… Bref, Adam a « désobéi » parce que justement confronté à un élément nouveau : une crise de logique ! Si le Premier Homme veut vraiment servir
la Science, il se verra désormais dans l’obligation de vivre les turbulences qui en sont l’apanage. Il doit savoir que les laboratoires destinés à ca genre d’exercices ne peuvent se trouver qu’ailleurs ; sur
la Planète-Terre par exemple et non dans ce Paradis des Insouciants. Et le processus ne fait que commencer… Si Adam tient à remplir son rôle de chef, Eve, elle ne demande qu’à être installée dans ses droits. Mais le tentateur entêté reste toujours un tentateur. 

L’objectif final de ce dernier, est que le chef soit continuellement désarçonné par les exigences répétées de son conjoint afin que lui, en tant que reptile, ne se sente plus diminué face à un couple aussi beau et aussi bien conçu. 

« Dieu a fait de moi un rampant ! » se disait-il un peu écœuré. « Il faudrait donc que certains agissements de l’Espèce Nouvelle soient « rampants » – comme moi ! Et cela, jusqu’à ce que la femme devienne, dans cette entreprise, ma première complice et que l’homme fasse l’objet d’un complot permanent de notre part. Ainsi, je ferai de sorte que la priorité me revienne, symbolisée un peu plus tard par les comptoirs et les multinationales ; et surtout par le fait que le principe de tout dialogue soit constamment perturbé : on cachera le sexe avec des feuilles puis avec une coupe de Saint –Laurent… Et l’on ne trouvera que des réponses évasives pour justifier les grands bouleversements ». 

Cette crise aura pour prolongement naturel, le chantage et les applaudissements… On peut dire d’ores et déjà que, faute d’entrain, le Père de l’Humanité venait de perdre quelques points face à la sagacité de ces terribles champions : les Préjugés ; champions qui, dans un proche avenir, disposeront des clivages de Sa Pensée comme bon leur semble. Mais Adam en profitera, lui aussi, pour éduquer et raffermir convenablement sa volonté si fraîche et pourtant susceptible de s’adapter à sa condition d’exilé. Pour le seconder, Eve préfère d’abord se fier à son intuition car elle sait déjà ce que signifie pour une maîtresse d’espace la diplomatie et la planification. 

« Comment assassiner son propre assassin ? » disait le Gendre du Prophète. Ne le disait-il pas justement pour prévenir une nouvelle crise de logique ? « Comment peut-on voler à son propre voleur ? » s’interroge un disciple du Grand Cheikh Ahmed. 

« Seule une conscience pervertie est assez « forte » pour culpabiliser l’Innocence » affirme Hadj Malick SY. Et SENGHOR d’y ajouter : « En tant que Chrétien, j’ai toujours préféré une belle mort plutôt que de m’emparer d’un pouvoir qui ne m’appartient pas ». Il a fallu donc des pressions de tous genres [ des larmes en particulier ] pour faire céder « l’Apôtre »… La scène nous est racontée, avec tristesse, par un des proches collaborateurs. SENGHOR a parfaitement raison : faire du Néant le fondement même d’une institution dans ce pays de Hadj Omar TALL est une trahison plus que monstrueuse ! Et depuis, le massacre continue… 

  

  

 

 

 

 

CRISE DE LOGIQUE (2ème partie) 

 

Dakar, le 24 Décembre 1994 

Les Notables disent au Prophète : « Partageons le mystère de
la Prophétie; alors nous te laisserons en paix ! » Et Dieu de répondre: « Cela ne se partage pas, cela ne se partage point. A Moi de protéger les Miens et je sais comment faire… Mes réalités amoindries par la présence de chimères en somme ! » 

« Chez nous, raconte un dignitaire du Cap-Vert, les coloniaux ont toujours compté avec des gens qu’on a souvent appelés les « fortes gueules ». Les grandes familles léboues ne savaient quoi inventer pour s’opposer à ces individus qui, faute de raison, se servaient de l’insulte pour imposer la raison. A ce moment là, paraît-il, les billet de banque « n’étaient pas encore de mise »… Les Blancs ne leur offraient que des biscuits, du vin et du sucre – car ces produits du « paradis » les rendaient toujours prêts à détruire quiconque se réclamerait de nobles traditions léboues. Et depuis, l’action politique des uns équivaudrait à l’anéantissement pure et simple des autres. Accusateurs et accusés sont désormais devant Dieu pour exprimer leurs différends. 

Un primaire croit effectivement que le « souffle » qui entretient son corps est éternel d’où son goût effréné pour le mensonge ! 

Interrogé sur la fin scientifique du monde, Mahomet répond : « je n’en suis pas plus informé que vous. Mais, il y a des signes qui m’inquiètent : le jour où les femmes se vêtiront comme des hommes et où les hommes se pareront comme des femmes ; le jour où l’adolescente exigera son titre de princesse et que sa mère sera reléguée au rang de servante ; le jour où le jeune garçon se montrera plus respectueux envers son camarade qu’envers son père et où les va-nu-pieds se mettront à ériger des gratte-ciel ; le jour où la terre se sentira vidée de ses ressources pour permettre à une race de dominateurs de renforcer une panoplie pleine de ruses et d’armes sataniques ; le jour où nos cousines de l’autre côté de
la Péninsule s’exhiberont comme des possédés rien que pour faire apprécier leurs charmes, alors, il y aura comme une menace suspendue sur l’ensemble de l’Humanité ». Une anticipation assez prophétique sur la nécessité de moraliser les systèmes. 

« A défaut des léopards, on va fêter les chacals » disait souvent Hadj Makhtar. Il disait aussi « qu’une fois assis sur le dos d’un éléphant, on voit se « balader » les bourricots comme de sinistres créatures. A défaut de sérieux, les singeries sont là pour rassurer la clientèle. 

Et le trio continue à évoluer pour en arriver à cette conclusion qui veut que la cuisine soit une affaire d’hommes – ainsi les sociologues ont-ils bien voulu conforter dans leur vision des choses les gens du Saloum qui, défiant la politique politicienne, considèrent la cuisine comme l’antichambre de deux enceintes : l’une abritant
la Royauté et l’autre
la Sainteté… 

Elle n’est faite disent-ils que pour soutenir l’effort d’un bâtisseur et non pour engraisser les paresseux. 

L’Europe d’aujourd’hui, elle, en a fait une accoucheuse de plaisir : on mange, on boit et on danse beaucoup plus qu’il n’en faut… Et cela pour la destruction du patrimoine commun – et cela pour annoncer le Siècle de toutes les Infirmités ! 

Laissons à Eve le temps d’appliquer ses principes afin que les hommes soient moins lourdauds… 

A Suivre… 

 

 

 

 

CRISE DE LOGIQUE (3ème partie) 

Dakar, le 04 Janvier 1995 

Le Coran n’a-t-il pas dit quelque part : « Consommez avec douceur !». Et un peu plus loin : « Mangez, buvez ; mais faites le un peu plus modérément. Je vous ai accordé des faveurs inestimables, ne vous en servez surtout pas pour aller à l’encontre de Mes Principes… » 

Un diététicien asiatique confirme : « Dieu prouve dans ce texte qu’Il est le Maître de tous les diététiciens… Il démontre si besoin est, que les épices et les boissons alcoolisées ne sont que des produits commerciaux ! » 

Pour appuyer Sa Déclaration, Il s’adresse directement à
la Nature Humaine : « Je vous ai crée de limon qui fait que la capacité de perception de votre œil est beaucoup trop limitée pour d’un seul coup l’énergie ardente avec laquelle J’ai façonné Lucifer et Sa tribu… Ils vous voient à distance alors que vous ne les voyez qu’à travers un œil conscient et non sensible… » 


La Science arrivera-t-elle, un jour à doter l’Humanité d’un appareil susceptible de localiser cette race de démons ? Comment l’âme aura–t-elle la possibilité de donner à la matière la plus sûre de ses valeurs ? 

Mieux vaut interroger ces quelques principes avec lesquels Dieu a organisé l’Univers. Mais contre lesquels aussi Sa Volonté Inconditionnelle et difficilement contrôlable peut surgir à tout moment ; d’où le caractère relatif de tout ce qui a rapport à l’archéologie de nos croyances. Archéologie qui, d’ailleurs, ne préoccupe que les âmes atrophiées. Privées de l’œil conscient, elles se suffiront tristement de l’œil sensible pour observer non pas le Ciel, mais un amas de pierres qu’elles ont pu trouver ça et là et qui, malheureusement, ne sont disposées qu’à banaliser choses. 

Le Prophète disait : « Parce qu’ayant affaire à des profanes, je n’ai pas encore osé transformer
la Kaaba en Demeure ». « Je te respecte parce que Mahomet te respecte ; mais tu n’es qu’une pierre qui n’a aucun moyen d’assister ou de nuire… » lance le Calife Omar à
la Pierre Noire. « Elle aura peut-être, un jour, son mot à dire, lui rétorque le Gendre du Prophète… Si Dieu le veut !». « L’important donc c’est qu’il y ait Dieu » atteste le deuxième Calife.     

« Je crains que les mosquées ne deviennent des lieux pour abriter le Folklore » disait Malik, l’Imam de Médine. Là, on finira par y adorer n’importe quoi ».Il s’opposait même à la restauration de
la Kaaba. « C’est l’Intérieur qui nourrit l’Extérieur et non l’inverse » affirmait-il un peut désolé. Même torturé, il n’en demeurait pas moins hostile à certaines manières de travestir
la Foi. On le sait, l’Occident a perdu le Naturel en matière de réflexion et avec cela la notion de l’Immatériel. Il oublie ainsi ce que le Prophète appelle les trois (3) urgences : « Eloigner la justice de l’arrogance ; la créance de l’asservissement et la mort de tout ce qui est faste et cérémonial… » 

Accusé de vouloir idéaliser
la Société Musulmane, Malik ne cessait de s’en défendre en soutenant que « Son Objectif consistait à alléger les barrières et limiter les tendances ».
La Nature Humaine n’avait-elle pas besoin de
la Nature pour ne pas se barricader derrière tous ces intermédiaires ? 

Méfions-nous des idoles qui risquent de transformer Dieu en Idole !  

A Suivre… 

 

 

 

 

 

 

CRISE DE LOGIQUE (4ème partie) 

  

Dakar, le 16 janvier 1995 

J’ai entendu un journaliste français dire que « les Islamistes contestent les valeurs occidentales… » Erreur ! Les Islamistes ne contestent que ce qu’on peut appeler les contre valeurs de l’Occident ! Même les écrivains occidentaux honnêtes se sont dressés contre celles-ci. 

Aujourd’hui, aucune valeur spécifique ne peut guider les pas de l’Humanité. Seules les valeurs inter universelles sont proposées pour résoudre les grandes crises engendrées par la fausse modernité; celle-ci ayant pour contenu les Déprime et la soumission… 

L’industrie, par exemple, est considérée comme quelque chose vraiment d’inter universel, parce qu’ayant été inspiré au Roi David par le Ciel. Mais une industrie fondée sur l’usure et l’exploitation ne trouve pas encore sa place parmi les inventions de David… Elle s’appelle tout simplement une contre valeur ! Une fois éliminé par les institutions et la philosophie, aucun homme n’a droit de se confier à un quelconque système – l’astronaute qui se promène sur la lune a-t-il plus d’importance que le cultivateur qui admire l’étendue de son champ de cacahuètes. 

Un produit n’est autre chose qu’un produit, qu’il soit scientifique ou non… L’essentiel est d’en déterminer l’objectif… Chez les Occidentaux y a-t-il un autre objectif que l’amusement ? Même l’officier qui depuis son avion, largue des bombes à napalm sur les nouveau-nés semble le faire pour s’amuser. Il suffit de constater la délectation avec laquelle il s’adonne à cet exercice hors du commun pour s’en rendre compte. 

« Il arrive que Je mette une barrière entre l’individu et son cœur afin qu’il devienne aussi encombrant que Lucifer » nous dit le Seigneur. Pendant la deuxième guerre mondiale, j’ai connu un commerçant étranger, vivant en marge de toute tendance paternaliste disait : « Il n’y a qu’un seul français au monde qui soit gentil et il mérite d’être admiré : il s’appelle Hitler !» une manière assez subtile n’est-ce pas de démontrer que, dans tout adepte de matérialisme conquérant sommeille un spectre hitlérien qui ne demande qu’à être secoué afin que reprennent les tueries de tous genres… 

En commentant ce qui se passe actuellement en France, Raymond BARRE, bien que correct et équilibré affirme « qu’il s’agit là d’un jeu de couillons ! ». Seydi Ababacar : « La réussite d’une théorie dépend de quatre (4)éléments essentiels : le théoricien lui-même, qui est-il ? Ses adeptes, qui sont-ils ? L’époque où la théorie se situe et son environnement immédiat… ! » S’il y a fausse note dans ce concert de conditionnement, l’échec est alors total – sauf s’il y a volonté permanente de rectificatif et de suivi. 

Faut-il le concevoir à la manière d’un Arabe ou d’un Bédouin comme l’auraient conçu les Occidentaux à la manière d’un Romain ou d’un Cosaque ? Le reste n’est que folklore : baisemains ostentatoires, verres d’alcool pétillant, cerveaux robotisés, sentiments de fraternité mutilés, générosité essentiellement bouffonne parce que médiatisée, injustices canonisées, mensonges poétisés, racisme sacralisé, chantage systématisé afin que la logique soit étouffée et que le trio faute d’interlocuteurs soit enterrée à jamais. Ne sommes-nous pas tous des immigrés sur cette terre de substances vivantes ? Toute une profusion de contre-valeurs offerte à une classe qui se veut « supérieure ». 

Hadj Malick SY disait : « Toute philosophie digne de ce nom a besoin de racines profondes pour ne pas se laisser emporter par la rue… » Face à l’appel de la liberté, l’opinion publique se montre plus jamais dangereuse; elle agit de sorte que les palabres prennent le pas sur tout projet de société… « Si je n’avais pas saisi sitôt cet aspect de la chose, les gens auraient fait de ma personne un sorte de ballon rond. » 

L’autre jour, j’ai écouté attentivement l’intervention de Giscard, il vient de regretter la disparition de DE GAULE et de CHURCHILL en qualifiant de honteux voire grotesque l’actuelle diplomatie européenne… 

Dieu réussit là où l’Occident échoue, Il maintient son contact avec la terre qu’Il a Lui-même créée, alors que les Occidentaux font tout pour que ce contact soit définitivement rompu ; et l’homme qu’ils redoutent le plus dans leur entreprise diabolique reste MAHOMET, d’où leur acharnement sur sa philosophie et sur ses Disciples. Ce que le Prophète de l’Islam exige est pourtant très simple : faire en sorte que l’épée soit vertueuse et que le champ de bataille serve de rendez-vous aux hommes d’honneur. 

Ecoutons Valéry : « la guerre – chez les Occidentaux – n’est autre chose que le massacre de braves gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais qui, eux, ne se massacrent pas.» 

  

 

 

 

 

 

ISLAM ET MONDE OCCIDENTAL 

( 1ère partie ) 

Dakar, le 06 Septembre 1994 

  

     Dans la revue « Ligue Mondiale Islamique » numéro 349 de  Mars/Avril 1994, le Prince Charles d’Angleterre – au cours d’une conférence à l’Université de Harvard- s’exprime sur les rapports entre l’Islam(où l’on spécule beaucoup trop sur l’Amour de l’individu pour cette religion)et le Monde Occidental(où l’on ne cache pas son aversion pour l’Islam) : deux mondes qui s’affrontent pour une chose qu’ils n’arrivent pas encore à identifier.Le mensonge qui, actuellement, conduit la planète-Terre ne permet réellement ni aux uns ni aux autres de parler du principe qui veut que le citoyen soit porteur d’un équilibre aux origines célestes. 

      « C’est Dieu, Lui-Meme, qui m’a guidé sur cette voie du salut –et combien est délicat Son Geste » dit le Prophète Mahomet(PSL). Une délicatesse mise à l’épreuve tant par le comportement irresponsable des Occidentaux que par l’attitude plutôt hostile des Musulmans.  

      Hadj Gaspard CAMARA pose cette question à Ababacar SY : « Le Christ est-il divin ? » Celui-ci répond : « Avec quelque chose de plus, Son Humanité nous montre que le mystère demeure. Pourquoi donc se quereller autour d’un mystère …? »  

      Laissons le Musulman interroger correctement son Coran et le Chrétien son Evangile. L’impérialisme mondial ne saurait remplacer un tel message dans le cœur d’un homme fort de son appartenance à
la Conscience Universelle. Mais il arrive que, pour éprouver une volonté déficiente,
la Vérité de Dieu semble parfois «appâter» les efforts du mensonge. Dans ce domaine, dit le Coran, Dieu peut aller au-delà d’une simple flatterie – mais aussitôt après, Il se ressaisit pour faire apparaître brusquement les incorruptibles vertus de Sa Stratégie.   
 

      Il a été dit que les structures d’une toile d’araignée ne sauraient avoir la solidité des éléments sur lesquels est bâtie
la Citadelle des Eternels… Et Hadj Malick SY de citer l’un de ses collègues : « Je vois que toutes les complaisances du monde réunies ne sauraient disposer d’un système quelconque tant qu’un seul architecte de conception céleste s’y opposera… » En résumé : il s’agit pour l’Occident d’une technique qui cherche sa Conscience, et pour l’Islam, d’une conscience qui cherche sa Technique. Seule une coopération de haut niveau serait en mesure d’aider à réaliser une telle jonction.          
 

      L’Occident, en tant qu’impérialisme, n’a-t-il pas l’ambition de s’approprier les trois (3) Religions Révélées ? Il suffit que l’une d’elles refuse cette tendance hégémonique pour être traitée d’intégriste. Elles ont vécues, toutes les trois (3), cette réalité démoralisatrice :
la Voix de Moise étouffée par un activisme exacerbé, l’Autorité du Christ coupée de ses origines orientales et l’Islam combattu de toutes parts…
 

      Evidement, il est de tradition que Dieu justifie l’existence d’une valeur par Sa Rigueur… Un système céleste est un champ de bataille : on y laisse sa vie, ou au moins le confort de sa vie. Les paradis intermédiaires n’ont jamais cessé de rebuter la communauté des Archanges ; seuls les inconscients s’y sentent vraiment à l’aise. En parlant des justes, le Coran insiste sur l’existence d’une Noblesse qui se transmet de génération en génération ; et en s’attaquant aux despotes, Il les compare à des ténèbres qui s’accumulent de manière inquiétante.  

 

 

 

 

 

ISLAM ET MONDE OCCIDENTAL 

( 2ème partie ) 

Dakar, le 09 Septembre 1994 

Charles d’Angleterre s’interroge sur
la Peur de l’Occident face à une nécessité qui, de plus se transforme sinon en devoir, du moins en instrument de construction. 

« L’Occident a peur, dit-il, se remémorant le comportement du Sultan Mohammed à Constantinople et dans les Balkans.Les successeurs de Napoléon 1er se comportaient de la même façon chez les Egyptiens en 1798, sans parler de la longue période où les pays occidentaux, réunis, ne cessaient d’exercer une des plus féroces pressions sur les fidèles de Mahomet ». Et il poursuit : « Les atrocités de
la Guerre du Liban, les attentats et le terrorisme en général, ne sont que l’œuvre de des Hommes et non des religions. Nous, Occidentaux, avons commis des crimes semblables avec une facilité incroyable ». 

Il faut être Charles d’Angleterre pour oser convier le Monde Occidental tout entier à se joindre à l’Islam afin de régler les problèmes qui secouent l’Humanité de notre temps. Il faut être l’enfant terrible d’un pays aussi cultivé que l’Angleterre pour assumer avec foi un tel sacerdoce. Pays où Salman RUSHDIE cohabite tant bien que mal avec cinq cents (500) grandes mosquées, édifiées par les Musulmans à
la Gloire de Dieu. Il ne suffit pas d’être matériellement puissant pour pouvoir empêcher les autres de mener leur vie de peuple libre… 

Le premier Calife de l’Islam disait : « Il arrivera un moment où, pour dormir, vous aurez besoin d’un matelas en velours, de rideaux soie et de tout ce que, en matière de draperie, les artisans d’Azerbaïdjan auront à étaler aux yeux des Grands Seigneurs…Et pourtant, cela ne vous permettra aucunement de fermer les yeux, tellement votre conscience se montrera rétive à vos fantaisies. Pour votre repos, seules deux pénombres vous seront proposées : celle de l’aube qui, infailliblement, s’ouvrira sur un univers pleinement ensoleillé ; et celle du crépuscule qui, faute de certitude, ne pourra vous offrir que des obstacles ». 

Le quatrième Calife, lui, nous confie que « l’Amour, comme
la Haine a besoin d’un homme juste pour alléger le poids de ses exigences. Il y va de l’équilibre de notre planète…Et Guy SORMAN de s’insurger : « La diabolisation de l’Islam, en Occident, est avant tout fondée sur l’Ignorance ». Il reconnaît aussi que « l’anti-islamisme peut devenir une croyance plus fallacieuse que ce que l’on peut appeler l’Islamisme. L’Islam est une religion respectable… ». 

Dieu dit au Prophète : « Les Notables de cette Péninsule veulent que tu ressembles à leur modèle : provocateur, diviseur, cupide, agresseur, impur et drôlement abruti. Tout cela parce qu’ils gardent encore des sous et qu’ils sont constamment flattés par une bande de fainéants ». 

Guy SORMAN croit – avec d’autres d’ailleurs – « qu’une telle innovation ne concerne ni les Mollahs ni les Marabouts d’Afrique…» Mais un de mes amis Français, Professeur à
la Sorbonne, précise : « S’il s’agit de bannir l’obscurantisme, on peut affirmer que chez les Africains, les religieux ne sont point plus obscurantistes que les Politiciens. C’est l’Afrique toute entière qui doit faire des efforts dans ce domaine. Il ne suffit pas d’un bon discours en langue occidentale pour être apte à un tel bouleversement. Bien sûr, dans un camp comme dans l’autre, il y a des exceptions ; même les Européens commencent à sentir ce blocage au niveau de leur propre continent ». 

Effectivement, deux logiques se cherchent : celle qui n’a jamais rien accomplie et celle qui a tout développé mais qui, malheureusement, se sent plus frustrée que jamais… Et la solution, je pense, serait d’instituer une coopération franchement moins bête… 

Et l’adage de confirmer : « Si le guérisseur finit par vous montrer son derrière, c’est parce qu’il plus rien à vous montrer ». 

Même le Diable a ses limites ! 

 

 

 

 

 

 

ISLAM ET MONDE OCCIDENTAL 

( 3ème partie ) 

Dakar, le 16 Septembre 1994 

 Le Prince de Galles « n’est point gêné de se voir reléguer au rang des conservateurs ». Il a raison… car
la Vérité n’a point de tendance. 

 « Je ne défends pas un étranger, affirme-t-il, l’Islam, c’est l’autre partie de l’Occident. Ils ont toujours su, l’un et l’autre, agir pour le rayonnement des principes universels sur lesquels reposent la science et le savoir ; deux instruments essentiels à l’édification d’un monde nouveau. L’Islam, qui nous a légué cette citation [ l’encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr...] ». « Elle est aussi précieuse », rectifie Serigne Alioune au nom de
la Sagesse Nègre. 

 Et Charles de poursuivre : « l’Espagne ne me démentira pas… Au moment où Cordoue, grâce à l’Islam disposait d’une bibliothèque de quatre cents mille (400 000) volumes, tous les pays d’Europe réunis n’en étaient pas encore là… Ils tâtonnaient plus ou moins pour apprendre à faire de la bonne cuisine ». Un discours qui a le mérite d’être plus réaliste que d’autre. Ce n’est pas parce qu’il y a des incultes parmi les Occidentaux et des révoltés parmi les Musulmans que tout doit s’écrouler. Il faut aider les uns et les autres à être moins récalcitrants. 

 Hadj Malick SY dit à un de ses collègues : « Tu es de passage sur cette terre et ce sera de courte durée ; sois donc moins tendu ! Car les souvenirs ont leur importance pour ta progéniture ». Dieu s’adresse aux Notables en ces termes : « Avez-vous l’intention de choisir les sites les plus prestigieux pour y construire des demeures infâmes et de n’utiliser que la nature morte que pour rivaliser avec l’Eternel qui, Lui, se sert de Son Souffle pour façonner la nature vivante ? Et pour comble de malheur, vous vous comportez comme des tyrans avec ceux-la même qui se déclarent moins favorisés que vous ! » 

 La promotion de l’Homme passe d’abord par l’homme avant que l’outil n’y soit associé… J’admire beaucoup plus les apôtres que les édificateurs de pyramides. S’il y a les deux réunis en un seul, c’est encore mieux. Dieu rend hommage au Roi David parce qu’il est à la fois prophète, architecte, ténor et poète. Il travaillait beaucoup plus que ses artisans qu’il traitait d’ailleurs avec un sentiment de paternité : « Il n’exigeait jamais de compensation » témoigne le Prophète de l’Islam. Ses réservoirs devaient recueillir les eaux de pluies pour d’éventuels voyageurs. Et Ses Cantiques des Cantiques ont souvent émus les 

  

Serigne Alioune préfère la franchise : « Bien qu’il est interdit par le Prophète (PSL) et même par la raison, nous vivons toujours de pourriture… C’est le fait d’un système qui nous est imposé par le « Blanc ». Nous n’y pouvons rien ; force nous est donc de nous alimenter n’importe comment. Partout dans le monde, des canons tonnent pour une poignée de sable, et cependant c’est cette poignée de sable plein la bouche qui fera taire le dictateur une fois inhumé dans sa tombe ». Et le vieil homme de murmurer : « Le médecin et son patient, le pharmacien et son client, le droguiste et le drogué, ils crèvent tous un jour ou l’autre ! » 

 Quand le patron Londonien d’une grande banque m’a révélé : « Nous sommes en mesure non seulement de tenir tête à
la Banque Mondiale mais de faire le contraire de ce qu’elle fait pour aider les hommes à se réaliser le plus humainement possible ». Je lui ai dit tout de suite : « Vous allez vous ‘‘casser la figure’’ ; car l’Occident est trop puissant pour permettre une telle intrusion ». On a effectivement fini par les accuser de tous les crimes – au moment où bon nombre de banques ne travaillent que pour le blanchiment de l’argent sale… 

 Les Chinois nous ont appris que « si l’orgueil tue les états, la prétention, elle, détruit sans pitié toutes les grandes civilisations… » C’est l’histoire d’Abou YAZID – l’un des grands mystiques de son époque – qui dit à Dieu : « Je peux faire de sorte que les portes de l’Enfer soient fermées à jamais ». Dieu réagit immédiatement : « Je peux procéder Moi Aussi – avant que tu ne le fasses – à une transmutation génétique à ton niveau ; là tu deviens un autre ! ». Et Abou YAZID de trembler comme une feuille. 

 Le Grand Cheikh Ahmed trouve que « le sucre, bien que suave, est parfois très amer et que sa blancheur n’a rien à voir avec la substance sanguine dont il est issu ». Et depuis, il se méfie. 

 Pourquoi ne pas réfléchir sur l’aspect à la fois scientifique et anecdotique de cette affirmation ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

ISLAM ET MONDE OCCIDENTAL (4ème partie) 

 

Dakar, le 17 Septembre 1994 

Charles invite les Chrétiens Occidentaux à se tourner vers l’islam pour réapprendre le Christianisme qui est pourtant leur propre religion. J’ai souvent dit à nos amis d’Europe que l’Islam est plus Déiste que Mahométan ; d’où le nom de « Musulman » qui, religieusement et même étymologiquement, signifie : celui qui s’adonne corps et âme à Dieu… « Si à l’occasion d’une prière surérogatoire, le fidèle peut se passer de Mahomet pour poser directement son attention sur Dieu, cela est préférable ! » nous dit Hadj Malick SY. 

Quand à la prière obligatoire, elle exige que tout se fasse uniquement dans le cadre de l’image du Créateur. Bien sûr, dans la religion de Mahomet, il nous est difficile de dénombrer les œuvres qui se veulent toutes surérogatoires. Tout ce que le croyant fait d’utile, de juste, et de raisonnable peut être dédié au Ciel et considéré donc comme surérogatoire. Il existe effectivement deux façons de prier dans l’Islam : 

-        rendre culte à Dieu ( de manière non ostentatoire ) 

- et faire une demande adressée à
la Bonté Divine pour un besoin personnel. 

Là aussi, Hadj Malick SY nous dit : « On ne dérange pas le Protocole du Trône pour quelque chose d’insignifiant… L’Intelligence et les forces pratiques peuvent largement contribuer à la solution de certains problèmes… Pourquoi se servir d’une échelle en or pour cueillir des fruits entièrement pourris ? » 

Le Ciel presque en larmes dénonce : « Ils ont travesti toutes les réalités socio-religieuses en jeux de hasard. Mais ils ne sont pas plus heureux que les gens simples ». Il y a aussi que la générosité des disciples peut se muer en source de corruption… « Priez pour moi afin que je puisse voler sans être inquiété ». Chose honnêtement impensable. Un Grand Penseur a voulu concevoir la prière comme une sorte de négociation entre Terre et Ciel – mais cela est toutefois plus subtil… On ne prie que pour la sanctification des actes quotidiens. 

Charles est réellement optimiste – car le mur de Berlin s’est effondré et la guerre du Golfe est pratiquement terminée ; en revanche il craint que des minorités continuent à être maltraitées comme il est souvent le cas à travers les médias. Il craint surtout « l’Ignorance qui est
la Mère de toutes les bêtises ». Le Coran, Lui, craint l’autre Ignorance qu’Il constate chez les savants : « Et malgré leur Savoir, ils agissent comme des égarés ». 

Ignorance des Savants et Ignorance des Incultes ! Qui va s’en charger ? Les politiques ? Les aventuriers ? Les banquiers ? Les fous ? Ou les états dont le rôle n’est plus que d’organiser, pour quelques parvenus, des soirées récréatives ? 

C’est à partir de là que le Prince lance son appel. Il croit à une Force Nouvelle susceptible de réunir les deux mondes dans une nouvelle « aventure » terrestre… Ils ont tous deux suffisamment de moyens pour assurer la pérennité des bonnes convenances. 

Comme je l’ai souligné au Roi FAYCAL d’Arabie, au cours d’une rencontre en Terres-Saintes : « Les grandes missions ne s’accomplissent que dans les grandes métropoles ». C’est une prophétie du Grand Cheikh Ahmed. L’essentiel est de guérir et non de se laisser contaminer… « Ah ! si un jeune pouvait renoncer à sa jeunesse pour se consacrer aux exigences de sa maturité ! » 

Ababacar SY n’hésite pas à dire: « Je suis Français aujourd’hui; je le serai aussi demain. Pourquoi ne pas accorder une double nationalité à un homme doublement colonisé ? SENGHOR réfléchit et affirme » qu’il s’agit ici d’une suggestion de haute portée… Et dès qu’on sera appelé à négocier pour l’Autonomie, nous insisterons sur ce point ». 

Et depuis, on a oublié ! D’où les tracasseries des nègres qui vivent en France. Il n’y a que quelques privilégiés qui, actuellement, jouissent d’un tel statut. 

SEIGNEUR ! ES – TU ENCORE LÀ HAUT ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LETTRE OUVERTE AUX CHEFS D’ARMEES DU CONTINENT NOIR 

Dakar, le 06 décembre 1993 

Messieurs,  

Depuis trois décennies, l’Afrique Noire Francophone ploie sous le joug des arrogances, mais toujours en se cherchant à travers tant d’enfantillages et de mimétismes


La France a remis les territoires entre les mains de quelques équipes en demandant à ceux-là même qu’on appelle des peuples de s’en accommoder, même au prix de leur dignité : si dignité il y a. 

Nous n’avons pas la prétention de priver ces territoires d’une autorité ou d’un pouvoir quelconque ; mais que les choses soient faites selon les règles d’une Démocratie moins primaire et moins nègre que ce qui se passe ici ou là… 

On ne vous demande d’être légitimistes avant que la légitimité ne soit assurée… ni d’être « régimistes » avant que les régimes ne soient approuvés par la conscience universelle

Ce que cette conscience attend de vous c’est qu’au moins, pour une fois, vous soyez autre chose que de simples « tirailleurs » sénégalais. Et vous ne pouvez oublier de sitôt ce que cette expression crée dans l’imagination des pays anciennement ou nouvellement conquis. 

Je sais que vous êtes loin d’être des ivrognes comme la plupart des chefs noirs Africains ; je sais aussi que vous êtes plus hommes d’honneur que régimistes ou légitimistes assoiffés seulement de parades

Les Anglais n’ont-ils pas raison d’édifier les premiers et dans chaque agglomération, des asiles psychiatriques destinés non pas aux handicapés mentaux mais aux chefs idiots et incompétents et qui, par-dessus le marché, prétendent donner des leçons d’autorité alors que leurs propres épouses font ce qu’elles veulent avec n’importe qui… 

Nous vous prions donc d’oublier vos dissensions et d’aider vos frères à organiser des élections honnêtes et transparentes. L’uniforme est autre chose qu’une camisole de force : c’est un habit comme les autres… 

HITLER disait un jour à ses officiers : « le prophète de l’Islam ne porte pas d’uniforme et pourtant il reste le meilleur soldat du monde ! ». 

Il vous faut beaucoup de courage pour franchir ce pas important et qui n’a nullement besoin de ces vieilles carcasses qui ont pour nom « chars » ou « blindés » et dont les personnes âgées ont besoin pour se réchauffer pendant le froid. 


La France est une sorte de Marianne … Il lui faut crier haut et fort afin que les Français nous aident à corriger cette bêtise que DE GAULE a commise. 

Et si vraiment vous vous sentez moins aptes face à cet ultime recours, de grâce ! Mettez-vous de coté vous et vos collègues de la police et de la gendarmerie … et laissez le peuple régler le problème à sa façon ! 

Souvenez-vous d’une chose : les armes que vous détenez appartiennent au peuple car payées par LUI. Ne les utilisez donc pas contre SES ENFANTS.  

Nous sommes plus que jamais déterminés à soutenir une telle action. Bien sûr, nous vivons dans un espace moralement pollué et dont la nature profonde ne répond à aucune exigence tout aussi profonde ; espace dans lequel l’économie de traite et le salaire façonnent l’individu… 

DIEU n’a-t-il pas dit à Mahomet : «S’il vous arrive de souffrir, sachez que ceux qui ont le malheur de confisquer le pouvoir souffrent beaucoup plus que vous ; et vous avez un avantage sur eux : c’est que votre conscience est aussi limpide que celle d’un martyr ». 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LETTRE OUVERTE A MAITRE ABDOULAYE WADE 

Dakar, le 05 Avril 1994 

Cher Maître, 

« On vous a volé vos suffrages ; on vous a volé votre Victoire ; on vous a volé vos cosaques, convertis pour l’heure en véritables brutes… et on se sert de l’argent des autres pour «gâter» le clan, pour payer les mercenaires, bref, pour corrompre les indécis. Et on cherche maintenant des acolytes pour constituer, avec eux, un Front de « Criminalité » contre le combat légitime des patriotes : contre la « violence » ! Et cela, pour mettre en exergue, dans notre démocratie – genre archaïque – qu’il n y a qu’un seul ennemi à abattre : LE PEUPLE… » disait l’Autre. 

Rassurez-vous, Cher Maître, et sachez que
la LIBERTE est plus têtue qu’une cellule de prison ; plus intransigeante même que la tombe du fait qu’elle puise son énergie dans un souffle qui se veut particulièrement régénérateur. Mais,«il y a des cas psychanalytiques qui poussent l’être humain à se déclarer plus que cruel», c’est ce que nous livre un des grands psychanalystes de notre temps. Et il poursuit : « Quand on assiste, très jeune, à la dégradation morale de son père, à la suite d’un vol et d’un emprisonnement, on devient automatiquement vindicatif, rancunier et méchant. Hadj Ibrahima NIASSE affirme : «Cela peut être dangereux pour l’avenir d’un pays». Il avait été, effectivement, témoin de cet EVENEMENT… Il tremblait souvent craignant une vengeance contre cette société nouvelle qui n’a commis aucun forfait :
la Société Sénégalaise Indépendante. « L’affaire » concernait directement l’Administration Coloniale qui, d’ailleurs, avait mille raisons d’isoler un tel malfaiteur. 

Confier des responsabilités à un tel personnage équivaudrait à l’anéantissement de son terroir… Sans parler de cette jeunesse à qui on confie la mission de se comporter comme des robots, en étouffant ainsi en elle, ces vertus républicaines qui devraient lui permettre d’appartenir plus à son époque qu’aux fantasmes d’une dictature. 

Il y avait à St Louis, un malade mental qui faisait des grimaces pour inspirer aux enfants un enfant de frayeur, mais comme cela ne suscitait que le rire, il se montrait agressif, mais tellement agressif que les parents eux-mêmes se trouvaient dans l’obligation de le chasser du quartier. C’est le cas de vos ennemis, Cher Maître. Ils ont tellement peur de la prison et encore plus du gendarme qu’ils ont oublié malheureusement que ni l’un ni l’autre ne sauraient entraver une démarche aussi judicieuse. 

Un poète arabe dit à un détenu célèbre : « Le Prince qui vous a mis là, ignore totalement la lumière et la tranquillité qui émanent de votre visage… Il est malheureux, dans son «palais», et commence à imiter ses larrons ». 

Hadj Néné MBAYE de Tivaouane – encore un philosophe parmi d’autres – disait : « Il arrivera un jour où, dans ce pays, on mettra à la place de la cervelle, tout un pâté de crottins… et ce jour -là, l’individu coûtera beaucoup moins cher qu’une boite de conserve ». Dieu n’a-t-il pas voulu éprouver Notre Foi dans un Sénégal Nouveau, débarrassé de ses tortionnaires et de ses illusionnistes ? Il sait que, malgré les tracasseries, les MOUSTARCHIDINES restent, plus que jamais, attachés à ce qui vous est commun : cette VOLONTE INEBRANLABLE d’aller toujours de l’avant. Ils sont et demeurent Vos Alliés Naturels ; ils « risquent » beaucoup moins que ne le croient leurs détracteurs. Parce qu’aux yeux de Dieu et de
la Raison, ils n’ont rien fait de condamnables. Bien au contraire… 

Ababacar SY a-t-il tort, aujourd’hui, de dédier ce mouvement à la mémoire des Gens de
la Caverne ? Tout ce qui est divin peut servir d’expérimentation à quelque chose de purement scientifique. Ces jeunes gens n’avaient pas voulu vivre sous le règne d’un despotisme aveugle. Pour les satisfaire, Dieu avait mis en place un vaste système d’hibernation qui les avait protégé jusqu’à ce que l’usurpateur et ses vassaux aillent terminer leur ignominie aux confins de GEHENNE. 

« Fais de sorte qu’ils ne nous découvrent – car ils nous obligeraient à épouser leur cause ; et, dans la pire des infamies, ils feraient de nous des complices ! ». Dieu dit : « En tant que SAVANT des Savants, Nous avons agi sur leur «Sensibilité Nerveuse» et cela, des années durant… en attendant qu’un Roi Juste et Propre puisse les recueillir au sein de Son Peuple… » Nous sommes donc pour et avec les MOUSTARCHIDINES, jusqu’à ce que le pays soit doté d’Institutions lavées de toute souillure. Le Secrétaire Général du Parti de SENGHOR nous l’avait promis ; qu’il ait au moins un peu le courage de tenir parole, en se référant à sa Conscience plutôt qu’à ses Laudateurs. 

Je suis sur que Dieu procédera de sorte que les CLAMEURS ne l’emporteront jamais sur la voix limpide de
la VERITE. Et cela, malgré la rancune de ceux qui, faute de bonté, préfèrent s’acharner sur les Eléments du Refus ; ceux-là même qui, aujourd’hui, jubilent parce qu’ils ont réussi à transformer le Palais des Gouverneurs en Marché aux Puces. 

KHROUTCHEV disait à NASSER : « C’est un délit inacceptable que de tenir compte de l’état de démence dans lequel évoluent ceux qui, actuellement et en s’agrippant, gouvernent
la Terre. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que j’ai ordonné l’internement d’un brillant journaliste qui m’avait traité de fou… Ce dernier a osé divulguer ce qu’on peut toujours considérer comme un Secret d’Etat…» 

Que pensez-vous de cela, Cher Maître ? 

Amitié Fraternelle. 

 

 

 

1 réponse
  1. Sané GUEYE
    23 juillet, 2010 | 11:57 | #1

    Simplement super! tres content du document world

Laisser un commentaire

mythologie |
jamaa |
iletaitunefoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la beauté de l'islam
| eva75
| وجهة...