posts dans la catégorie 'SERIGNE MOUSTAPHA'


DISCOURS DE SERIGNE MOUSTAPHA SY

Italie – BERGAMO Le 20 SEPT 2005 

Dans ce monde, paralysé  par le syndrome du pouvoir, l’Orient Musulman et l’Occident Chrétien se livrent  à un combat qui ne dit pas son nom.  Et chaque partie, rejette à sa manière la responsabilité du drame qui secoue la planète.  Pour être plus précis, on constate deux tendances : 

- Celle des optimistes qui rejettent de confondre l’Islam et les gestations politiques dirigés contre l’occident au nom d’un Islam jihadiste,  - L’autre tendance, celle que l’on considère comme un front de refus, ceux là mêmes qui ont combattu l’Islam pour l’empêcher de partager avec l’Occident la pensée universelle de l’Humanité. 

Pour certains Islamologues, ce spectacle traduit sur la scène internationale ce vieux rêve du Prince d’Egypte, ce Prince qui racontait ce rêve en disant en vérité je voyais  sept vaches couvertes de graisse que sept très maigres mangeaient et sept épis verts et autant d’autres sept.  Si l’une ou l’autre partie revendique une telle suprématie, le bonheur de l’une causera certainement le malheur de l’autre et l’Islam refuse de donner un tel spectacle. Car la pensée Coranique n’accorde pas la priorité au texte mais aux hommes. Ces hommes qui se particularisent par leur sens du devoir et qui s’identifient par leur respect au droit sans cela, notre monde continuera de souffrir à cause du fanatisme des uns et la folie des autres. 

Si l’Islam résiste pendant quinze siècles aux caprices et aux perversités c’est pour offrir à l’humanité ses services et ses compétences qui ont interposé comme une sorte de régulateur pour empêcher le haut des un de piétiner le bas des autres. 

Cela veut dire que la discrimination n’est pas seulement une affaire de couleur de peau, mais surtout une mode de vie. L’esclavage aussi n’est plus une affaire de colonie, mais une façon de gouverner le monde. 

L’Islam refuse toute sorte de manipulation, le Saint Coran nous dit : 

« Point de contrainte dans l’Islam »  Donc l’Islam encourage la liberté et l’indépendance, mais liberté et indépendance n’expliquent pas ici transformer tout y compris la religion en libre service où tout est permis. 

Même en présence de rigueur apparente, d’une telle ou telle loi, la raison exige une certaine discipline.  Mahadma Gandy, avait raison d’interpeller le peuple Indien par cette phrase : « Œil pour œil finira par rendre le monde aveugle ».  Imaginez-vous un monde aveugle ! le désastre que cela peut causer surtout aux vieillards, aux femmes et aux enfants innocents. 

Et pour s’en débarrasser, il ne suffit pas seulement de disposer seulement de canne blanche, mais essentiellement de blanchir les cœurs sales.  Malheureusement, à l’état actuel des choses, blanchir l’argent sale préoccupe aujourd’hui ceux qui se réclament être les exécuteurs testamentaires de l’humanité. 

Est-ce qu’il est tolérable, est-ce qu’il est tolérable en ce troisième millénaire, qu’un pays parmi les plus infortunés soit considéré comme dépotoir de tous les déchets, je ne dis pas toxiques mais alimentaires et monétaires, de famine en famine et de dévaluation en dévaluation. Une sorte de cobaye où tous les testes les plus indignes sont autorisés.  L’Afrique, ce continent sacrifié est devenu aujourd’hui comme une scène de corrida et dans laquelle les gens du Nord et les gens du Sud prennent place pour regarder ce taureau, ce pauvre taureau noir, condamné à mort avant de faire sa rentrée en scène, achevé ensuite par la pointe d’une épée, il disparaîtra à jamais sous la pluie des applaudissements, mais sans tambour ni trompette.  Les guerres entre religions font des milliers de victimes, les guerres civiles et les génocides aussi, sans oublier la mendicité libéralisée. Ni l’Eglise ni la Mosquée ni l’Etat n’est disponible pour trouver des solutions aux crises, car chaque institution se contente d’avantage d’ériger des édifices qui souvent sont vides d’occupants, car l’occupant ne se sent plus en sécurité derrière quatre murs, souvent cimentés par un idéal conflictuel. Et si les uns considèrent les religieux comme des intégristes purs et durs, les autres eux aussi considèrent les laïques comme des intégralistes qui cherchent toujours à être les seuls gendarmes du monde. 

Dieu dans sa bonté divine, s’il raconte dans le Coran ce fameux débat entre lui et les anges au sujet de la candidature d’Adam, comme prince héritier sur terre où le refus des anges n’était qu’une crise de confiance, engendrée par leur pessimisme antérieur, c’est pour permettre à tous les hommes, particulièrement ceux qui sont croyants d’être optimistes par l’âme et par la conscience.  C’est-à-dire donner à la bourse des valeurs la chance de battre tous les records de bonté et de loyauté. 

Seydouna Mouhamed (PSL) considère la Oumah comme un corps humain dont chaque membre participe à sa manière, pour préserver la survie de l’autre

Car si les membres s’en vont, le corps s’en va avec. Une sorte de cohabitation pour le meilleur et pour le pire s’impose. Mais à une seule condition, il s’agit de détruire ce mur de séparation qui s’appelle la haine.  Même si les hommes des deux civilisations, Orientales et Occidentales n’arrivent pas à s’accepter les uns, les autres il faut installer la tolérance comme voiture de course, mais entre la ligne de départ et la ligne d’arrivée, seuls les bons cœurs y arrivent avec succès Certes les uns parlent aujourd’hui de l’antisémitisme, mais d’autres parlent aussi de l’anti-islamisme, et nos frères chrétiens se cachent quelque part pour calmer le jeu. 

Jean Daniel, du nouvel observateur dans un interview récent parlait du conflit Israélo-palestinien en ces termes :   « Il y’a certes la légalité israélienne mais aussi il y’a la légitimité palestinienne ». 

Entendons par là que la Paix au Moyen Orient ne peut être effective que si Israël légalise un Etat Palestinien et
la Palestine, de légitimer le peuple juif d’Israël.
Tant que l’opinion des uns et des autres campe sur un Etat sans terre et une terre sans état, il risque de basculer les deux peuples, dans une guerre où l’étoile de David ne cohabite jamais avec le croissant musulman. 
Donc pour réconcilier l’Orient musulman et l’Occident Chrétien, il faut nécessairement optimiser le pessimisme des uns et pessimiser l’optimisme des autres.  Et pour obtenir un résultat positif, il faut deux conditions : 

1-    Que les médias Occidentaux cessent de montrer au monde, un Islam de cliché qui dénature la nature profonde du musulman.  2-    Que les Oulémas musulmans cessent de diaboliser l’Occident aux yeux des générations montantes et de faire d’eux les ennemis éternels de l’Islam. 

Dieu créateur des univers et des hommes n’a ni patrie ni famille, ni peuple élite, Il est toujours là, à la portée de tout le monde, tant que cela contribue au bien être de l’humanité. Dieu notre Seigneur est partout.  A Bon entendeur Salut. 

MESSAGE AUX JEUNES DU MONDE : LE 25 DECEMBRE 1990 A NDIAKHATE – SMS

Certes, l’histoire se répète encore une fois, mais la répétition de l’Histoire ne doit nullement signifier celle des mêmes erreurs. Commettre les mêmes bêtises du Passé ne fait que renforcer le divorce avec les grands principes de l’Existence. Le Sage Sénégalais n’avait-il pas dit lors d’un constat de situation semblable à la nôtre:

« L’Heure est grave, mais la gravité de l’Heure ne saurait empêcher (certes) la personnalité d’un musulman convaincu… » Alexis CARREL, de sa part, nous livre ce point de vue, (point de vue) qui mériterait de notre part beaucoup plus d’attention: il dit, je cite :

« Une immense catastrophe s’est abattue, par sa faute, sur l’Humanité civilisée.  La guerre ne résout aucun des problèmes humains fondamentaux, elle consacre seulement la suprématie d’un peuple sur d’autres peuples.
Dans le chaos qui suit la fin
des hostilités, ces problèmes se posent de nouveau. Il ne faut compter que sur nous-mêmes pour les résoudre. » 

« Que devons nous faire ? Nous devons avant tout nous guérir de notre folie Le seul moyen de nous guérir est de suivre les règles de conduite de la Vie » 

Notre folie à nous, se résume ainsi :   Ni la Famille, ni I’Ecole, ni les Structures existantes ne sont capables d’éduquer actuellement pour apprendre aux autres, il faut bien se conduire. Les Jeunes assistent aujourd’hui passivement à l’écroulement d’une Civilisation; on a cultivé tous les défauts en eux.
Les Gouvernements n’ont plus l’audace ni l’autorité nécessaires pour leur mission d’éducation.
Les femmes arrivent au mariage, totalement ignorantes de leur rôle d’épouse ou de mère.


La Science sans conscience est devenue ruine de l’Âme; une immensité dans l’effort et une petitesse dans les résultats réels. 
L’intelligence de l’homme qui devait l’élever, l’aider à construire est entrain de la plonger dans l’abîme, l’angoisse civilisationnelle, la dégénérescence.
La crise de l’Humanité vient de l’échec d’une Civilisation qui n’a pu donner à l’Homme, des règles de conduite et un environnement adapté. 

« Quant les lois de la vie sont violées, il se produit ce qui arrive à un autorail si on remplace le carburant par de l’eau de mer” nous dit le Penseur.
POUR SORTIR DE CETTE FOLIE ? IL NOUS FAUT SUIVRE LA VOIE : La Civilisation est une affaire de discipline de normes, de valeur et de lois; tous les hommes, quelque soit leur couleur, leur race, leur religion, doivent avoir une certaine conduite pour assumer leur destin. 
 

« La force d’un Peuple, s’exprime par sa discipline dans la paix comme dans la guerre » Alexis CARREL).

Le développement harmonieux est une ascension de l’esprit et du corps avec le Spirituel et le temporel inséparables.

La seule guerre, n’est ni l’argent, ni les moyens, mais elle consiste à gagner son âme. Il faut chercher la Vérité partout où elle se trouve.
Seulement, les principes philosophiques, les idéologies, les dogmes et les systèmes ont fait fausse route, c’est la rectification des grandes trajectoires.

Il faut se connaître soi-même avant de connaître les Sciences, la matière; l’origine de cette décadence est plus morale que politique, économique ou sociale. « Toute révolution échouera, si l’Homme prétend tout changer, sauf lui-même » nous dit GARAUDY.> Un Professeur d’ajouter “Les guerres actuelles sont un accident, une épisode aigu d’une maladie chronique.. qui à un moment de l’Histoire s’est abattue sur les civilisations”.

- Il faut donc saisir la réalité d’aujourd’hui pour préparer un avenir meilleur, même si le chaos est proche. -La Société de demain sera ce que nous en ferons, elle sera ce que nous serons.
-La Sentence est lourde: “Notre Monde est mort, avant la guerre, tout est changé, un autre Monde est en voie de formation: beaucoup d’hommes sont morts spirituellement”.

Les hommes sont devenues maîtres de leur destin, il faut rénover, avoir une étude nouvelle, avoir une compréhension nouvelle dans une nouvelle cité pour une nouvelle génération. - Les pauvres, les riches, les croyants et les mécréants, sont devant un tunnel, l’avenir appartient à ceux qui risquent tout pour un idéal.

Avec leur choix, ils sont sûrs d’accomplir leur destinée, “de participer à l’oeuvre sublime, de hâter la venue du Règne de Dieu sur la Terre”. 

OUVERTURE ANNEE DES CADETS 06 MAI 1990

Le monde Islamique est secoué aujourd’hui par de multiples crises : 

      Crise de Foi,       Crise de Culture, 

      Crise Economique,       Crise d’Identité. 

Mais, une crise s’est toujours présentée en générant des facteurs de solution. 

Certes, facteur ne peut être plus indiqué que I’EDUCATION en tant que système, théorie, loi d’orientation, vocation… 

Mais I’EDUCATION pour QUI ? POURQUOI ? 

Dans une société comme la nôtre, l’effondrement des INTERDITS, le recul de la RELIGION, la démission des Parents, et des Enseignants, le LAXISME des adultes, ont crée chez les enfants l’ANGOISSE éternelle de l’excessive permissivité, tout est permis” nous dit un Educateur. 

Face à ce spectacle douloureux, les faits nous interdisent de sous-estimer le terrible défi que font peser sur nous les enfants de cette société. 

C’est pour cela qu’un CRI D’ALARME est lancé au nom de tous les enfants du monde; Ces enfants qui méritent de notre part beaucoup d’attention. 

Devant ce contexte donc, l’idée d’organiser une ANNÉE de L’ENFANT devient une nécessité absolue. 

Depuis L’ANNÉE DE LA FEMME en 1987, et l’ANNÉE DE LA JEUNESSE qui vient de s’achever, le Dahiratoul Moustarchidina Wal Moustarchidaty a toujours joué ce rôle d’AVANT GARDE qui a permis aux jeunes de notre génération de récolter, encore une fois, les morceaux d’une IDENTITE déchirée. 

Une jeunesse, dans un pays, est un tissu qui permettra au bon tailleur de réaliser une confection sur mesure c’est à dire une EDUCATION, à la dimension de l’HOMME. 

L’Enfant représentera alors un atelier d’apprentissage où tous les jeux de perfectionnement seront autorisés. 

Quelqu’un nous dit Ceci: 

“Donnez-moi de meilleures mères, et je vous donnerai un meilleur monde”.  Cela veut dire qu’une Société modèle ne peut s’édifier qu’avec la Femme et par la Femme.  Cette mère qui est beaucoup plus en relation avec la nature que l’homme car sa nature à elle c’est de mettre au monde. Bien sûr, la nature ne peut se concevoir dans un vide; La Femme aussi a toujours horreur d’un environnement sans enfants.

En effet, les enfants sont un précieux aiguillon pour ceux qui tiennent entre leurs mains périssables le destin d’une société. Les parents, les Enseignements, les Educateurs, sont tous interpellés. 

Il ne s’agit plus d’ériger l’école en Centrale Mécanique ou en une énorme machinerie qui risque d’être aussi inutilisable que coûteuse. “Vouloir faire du MODERNE ne veut pas dire faire de la MODERNITE un TRAUMATISME”. Et il faut craindre le jour où les écoles seront remplacées par des maisons de retraite! “L’Ecole Heureuse”, n’est pas celle qui se suffit du bonheur immédiat de l’Enfant et d’ailleurs l’épanouissement n’est-elle pas un Processus ? Je crois que OUI.

Vous constatez de vous-même: “Qu’on utilise aujourd’hui de gros moyens en petit gadgets alors que l’Education de nos Enfants reste fermée à jamais”; Car la “Création” d’une jeunesse saine ne peut être obtenue que par le mariage de l’école et de l’éducation.

Ce sera certes un mariage forcé, dont le divorce pénalisera la société entière. Qu’ils soient Parents ou Enseignants, ils doivent savoir “Qu’entre la Pédagogie de répression et la pédagogie de mission, il y a une troisième voie: celle de la pédagogie de confiance”. Sans la confiance, tout risque d’être remis en cause.

L’Education des enfants exige une technique plus que perfectionnée. Et pour s’épanouir dans un contexte social fait de contrastes, il faut nécessairement des méthodes soigneusement étudiées.

Quelqu’un l’a déjà affirmé:  « Il est évident que tout système d’orientation ou de formation n’aura guère de chance de survivre si on ne tient pas compte des désadaptations que crée une vie toujours en marche » 


Dans ce contexte, le Passé et l’Avenir ne sont pas prioritaires; Seul le Présent compte. C’est une belle occasion alors de recevoir, mûrir et par une volonté irrésistible passer à l’action. 

Le manque de moyens ne peut servir d’excuse à notre neutralité, à notre non participation à l’Education de nos enfants. Un Grand Educateur du Pays nous dit ceci: 

« L’Education c’est avant tout notre Foi dans un programme de diversité, donc force nous est d’apporter le meilleur de nous-mêmes en plaçant ainsi la sécurité de nos enfants garante de la sécurité du Pays ». - Le Poète AHMED CHAWQI avait raison en nous livrant cet enseignement: « Une race. Ce sont ses qualités qui la personnifient, si les bonnes qualités s’en vont, la Race s’en va avec elles ».

L’Imam AL GHAZALI dans son livre “AYOU HAL WALAD” disait en s’adressant à tous les enfants de la Foi: « Mon fils, parmi les conseils donnés par le Prophète de Dieu, on trouve cette sentence:

> Lorsqu’un homme a l’esprit préoccupé de soucis sans importance pour lui, c’est le signe que le TRES HAUT abandonne son Serviteur. > Celui qui perd une heure de son existence en recherches pour lesquelles il n’a pas été crée, mérite que Dieu prolonge ses regrets,

> Celui qui dépasse la quarantaine sans que ses bonnes actions l’emportent sur les mauvaises, celui-là ne mérite pas
la Confiance de Dieu ».
Pour conclure, je demande à tous et à toutes de partager avec nous cette tâche qui nous interpelle tous car c’est le Sénégal de demain que nous devons préparer. 
Le Dessein est grand et les moyens font défaut mais, avec l’aide de DIEU, nous y parviendrons.

12345

mythologie |
jamaa |
iletaitunefoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la beauté de l'islam
| eva75
| وجهة...